top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAlain SUPPINI

C'EST QUAND LE BONHEUR?

LE SECRET DU BONHEUR RÉVÉLÉ PAR HARVARD!


Depuis 85 ans, l'université de Harvard aux États-Unis mène l'étude scientifique la plus longue de l'histoire, portant sur le bonheur des personnes.

Il s'est agi de colliger l'expérience de centaines de personnes sur plusieurs décennies, à propos de ce qui compte vraiment dans la vie.

Cette étude sur le développement des adultes a débuté en 1938, avec environ 700 adolescents. Certains d'entre eux étaient des étudiants de Harvard, d'autres vivaient dans les quartiers les plus pauvres de Boston.


Le Dr Robert J. Waldinger en est le promoteur: il s'agit d'un psychiatre américain, chercheur et professeur à l'École de médecine de l'université Harvard.

En début d'année 2023, il édite un livre [1] donnant les résultats de ces décennies d'enquête.

Tout le monde n'a pas forcément des accès privilégiés à Harvard, pas plus que le temps de tout lire… cependant, tout le monde a droit au bonheur!

C'est la raison pour laquelle je vous propose ici un résumé de l'interview réalisé par la BBC en février 2023 [2] à propos de ce livre, auprès du professeur Waldinger.

De façon liminaire, il y déclare que "suivre les mêmes personnes depuis leur adolescence jusqu'à leur vieillesse et leur mort est quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant.

La recherche les a suivis tout au long de leur vie, contrôlant périodiquement leurs joies et leurs difficultés, leur état physique, mental et émotionnel. Aujourd'hui, elle inclut également les partenaires et les descendants des premiers participants."

Professeur, selon vous, quel a été le résultat le plus surprenant de cette étude ?

"Il n'est pas surprenant que les personnes qui ont des relations plus chaleureuses soient plus heureuses. C'est logique.

Ce qui est surprenant, c'est que les personnes qui avaient des relations plus chaleureuses restaient en meilleure santé physique en vieillissant.

La question qui s'est alors posée était la suivante: comment les relations peuvent-elles vous rendre moins susceptibles de développer un diabète de type 2 ou une maladie coronarienne?

D'autres études ont ensuite constaté la même chose et nous avons compris qu'il s'agissait d'une découverte solide.

Nous avons passé les dix dernières années dans notre laboratoire à essayer de comprendre comment les relations affectent notre corps et modifient notre physiologie."

Dès lors quelle est votre hypothèse?

"Le stress est un élément naturel de la vie. Si quelque chose de stressant m'arrive ce matin, il y aura des changements dans mon corps: mon rythme cardiaque augmentera, ma pression sanguine s'élèvera, beaucoup de choses se produiront dans le corps pour faire face à ce défi. C'est ce qu'on appelle la "réaction de combat ou de fuite".

Mais notre corps est censé revenir à l'équilibre, à la normalité, une fois que le stress a disparu.

Une idée que nous avons est que la solitude et l'isolement sont stressants.

S'il m'arrive quelque chose qui m'a bouleversé, qui est stressant, je peux rentrer chez moi et parler à ma femme ou appeler un ami, et s'ils savent écouter, je peux sentir mon niveau de stress baisser. Mais si je n'ai personne comme ça, si je suis isolé et seul, ce que nous croyons, c'est que le corps reste dans un faible degré de réaction de combat ou de fuite.

Cela signifie qu'il y aura des niveaux plus élevés d'hormones de stress, comme le cortisol, qui circuleront dans mon sang et des niveaux plus élevés d'inflammation dans mon corps. Ce sont ces facteurs qui vont user et dégrader progressivement les différents systèmes du corps. Ainsi, l'isolement social et la solitude pourraient affecter mes artères coronaires et mes articulations."

Vous dites dans votre livre qu'une bonne vie est une vie compliquée, dans laquelle il y a du bonheur mais aussi de la douleur. Le fait d'avoir de bonnes relations nous aide-t-il à mieux gérer les émotions difficiles ?

"Oui, cela nous aide à mieux gérer les émotions car les relations nous permettent souvent de parler de ce que nous ressentons en premier lieu et d'avoir un sentiment d'appartenance.

Nous sommes des animaux sociaux. Nous avons probablement évolué de cette façon parce qu'il est plus sûr d'être dans un groupe. Et le sentiment d'appartenance à un groupe est un moyen d'évacuer le stress.

Lorsque vous avez l'impression d'être la seule personne à avoir un problème, vous ne vous sentez pas bien. D'un autre côté, si vous pouvez parler à d'autres personnes qui ont le même problème, vous vous sentez moins seul. C'est un sentiment très puissant et nous pensons que c'est un important régulateur de stress."

Dans votre livre, vous parlez aussi de l'importance de maintenir une "aptitude sociale". Qu'est-ce que cela signifie ?

"Nous avons inventé cette expression pour la rendre analogue à la forme physique, car nous avons constaté que prendre soin de nos relations, c'est comme faire travailler un muscle.

Si nous restons assis toute notre vie, nos muscles s'atrophient. De la même manière, en examinant les vies des participants à l'étude, nous avons constaté que les bonnes relations peuvent s'atrophier, non pas en raison de problèmes, mais à cause de la négligence.

Ce que nous avons commencé à voir, c'est que si vous prenez activement soin de vos relations de la même manière que vous prenez soin de votre corps, ou d'une plante dans votre maison, ces relations restent fortes."

Vous mentionnez dans votre livre plusieurs suggestions pour nourrir ou dynamiser une relation. L'une d'elles consiste à "reconnaître quelqu'un lorsqu'il fait quelque chose de bien". Que voulez-vous dire ?

"Nous sommes très doués pour prêter attention à ce que nous n'aimons pas et à ce qui est mal. Et avec les autres, nous avons tendance à être très attentifs à ce qui nous dérange ou nous offense, lorsque quelqu'un fait quelque chose que je trouve mal.

Mais nous considérons souvent comme acquises les choses que les gens font bien. Par exemple, ma femme adore cuisiner et prépare le dîner la plupart des soirs. Et je dois me rappeler de ne pas considérer cela comme acquis.

De la même manière, je m'occupe de tout ce qui touche à la technologie, et elle doit se rappeler qu'il faut beaucoup de travail pour que les choses fonctionnent.

Il s'agit donc d'une forme de pratique de la gratitude, où nous nous demandons à quoi ressemblerait notre vie si cette personne ne faisait pas ces choses ou si cette personne n'était pas dans notre vie? C'est ce dont nous parlons lorsque nous disons "reconnaître que quelqu'un est bon": si cette personne ne faisait pas partie de votre vie, cela vous rendrait malheureux. Il est indispensable, non seulement de le reconnaître, mais également d'en exprimer de la gratitude."

Une autre suggestion pour nourrir les relations est de maintenir une "curiosité radicale". De quoi s'agit-il ?

"Lorsque nous sommes avec quelqu'un depuis longtemps, que ce soit un conjoint, un membre de la famille ou un ami, nous supposons que nous connaissons cette personne.

Des études ont été menées sur la façon dont nous sommes à l'écoute des sentiments d'une autre personne. Elles montrent que, surtout lors de la première rencontre, nous sommes très attentifs aux sentiments d'une autre personne.

Mais une fois que nous sommes ensemble depuis cinq, dix ou vingt ans, nous savons beaucoup moins ce qu'elle ressent. On pourrait penser que c'est l'inverse, que plus nous sommes ensemble depuis longtemps, plus nous savons ce qu'ils ressentent, mais ce qui se passe, c'est que nous commençons à supposer que nous connaissons l'autre personne.

Il s'agit donc de renverser la situation et d'être curieux, de manière radicale."

Dans une autre conférence, vous avez mentionné un exemple de curiosité radicale avec votre épouse…

"Je suis avec ma femme depuis 37 ans. Et ce que je fais, c'est me demander: comment puis-je redevenir curieux de qui elle est en ce moment, aujourd'hui? Comment puis-je rester curieux?

Cela a à voir avec une instruction d'un de mes professeurs de méditation zen.

Dans la méditation zen, on s'assoit sur un coussin et on médite encore et encore. J'ai médité des milliers de fois. L'instruction consiste à se demander, tout en faisant quelque chose que l'on a fait des milliers de fois, ce qu'il y a ici que l'on n'a jamais remarqué auparavant.

Vous pouvez le faire même en vous brossant les dents. Si je vous demande quelle dent vous brossez en premier, je parie que vous n'avez pas à y penser, car vous le faites automatiquement. Vous pourriez donc aujourd'hui, lorsque vous vous brossez les dents, le faire avec une curiosité radicale."

Pourriez-vous nous faire part d'une chose que vous avez remarquée chez votre femme après plus de 30 ans de vie commune ?

J'ai découvert, par exemple, qu'elle a commencé à porter des boucles d'oreilles en argent au lieu de celles en or comme auparavant, que ses cheveux sont maintenant gris au lieu d'être bruns.

C'est une petite chose, mais c'est quelque chose que je n'avais pas remarqué."

Peut-être que certaines personnes lisant l'interview ont l'impression de ne pas avoir "une bonne vie" parce qu'elles n'ont pas beaucoup d'amis... Le nombre a-t-il de l'importance ?

"Oui, mais c'est quelque chose de très individuel. Certains d'entre nous sont très timides et pour ces personnes, avoir beaucoup de monde autour d'elles est stressant. D'autres personnes plus extraverties, en revanche, ont besoin de beaucoup de monde dans leur vie et cela leur donne de l'énergie d'être avec beaucoup de gens.

Une personne timide peut avoir besoin d'une ou deux relations proches. En avoir plus pourrait être stressant et épuisant. Mais la personne extravertie peut vouloir avoir beaucoup, beaucoup de relations.

Chacun d'entre nous doit donc déterminer par lui-même quelle quantité d'activité sociale est bonne pour lui et pour sa vie."

De nombreuses personnes pourraient penser: "J'essaie de prendre soin de mes amitiés, mais c'est toujours moi qui passe les appels, qui écoute". Conseilleriez-vous à ces personnes de parler ouvertement à leurs amis de ce qu'elles ressentent ?

"Oui, je pense que ce serait bien, car certaines personnes ne s'en rendent pas compte. Vous pouvez dire à un ami: "C'est toujours moi qui t'appelle. J'aimerais que tu m'appelles de temps en temps ou que tu m'invites à prendre un café".

Mais il y aura toujours des gens qui ne le feront jamais. Je dirais donc que cela ne signifie pas que vous devez couper vos liens d'amitié avec ces personnes. Mais vous pouvez aussi trouver d'autres amitiés qui soient plus mutuelles."

Aujourd'hui, de nombreux échanges sont virtuels grâce aux réseaux sociaux. En termes de relations, quelle est la meilleure façon d'utiliser les réseaux sociaux ?

"Ce n'est pas ma recherche, mais il y a des études qui en parlent et les premiers résultats indiquent que la façon dont nous utilisons les réseaux sociaux a vraiment de l'importance.

Si nous les utilisons activement pour entrer en contact avec d'autres personnes, cela augmente notre bien-être. Et l'exemple que j'aime utiliser est celui d'un de mes amis qui, pendant son confinement en raison de la pandémie, a repris contact sur Facebook avec ses amis de l'école primaire. Maintenant, ils prennent un café virtuel tous les dimanches matin sur Zoom. Et ils passent des moments merveilleux à parler de leur vie et de leur enfance. C'est un exemple de réseau social actif et tout le monde en est plus heureux.

D'autre part, il y a l'utilisation passive des médias sociaux lorsque nous consommons les flux Instagram des autres ou leurs pages Facebook où ils postent toutes ces belles images de leur vie. Parce que nous ne postons pas de photos de quand nous sommes malheureux.

Et cela peut donner l'impression aux autres personnes qui regardent ces images que "tout le monde a une belle vie et que je suis le seul à avoir des difficultés". Ce genre de consommation passive des médias sociaux nous fait nous sentir plus mal et les adolescents sont particulièrement vulnérables à cela. Très vulnérables.

Donc, étant donné que les médias sociaux ne vont pas disparaître, ce que nous pouvons faire, c'est de les utiliser plus activement pour entrer en contact avec d'autres personnes et ne pas nous contenter de regarder passivement ce que les autres publient, ce qui est terrible pour nous."

Un mot qui n'apparaît pas beaucoup dans le livre est le regret. Certains y sont confrontés lorsqu'ils atteignent une certaine étape de leur vie et pensent, par exemple, qu'ils auraient pu mieux comprendre quelqu'un.

L'étude nous apprend-elle quelque chose sur la façon de gérer le regret ?

"Lorsque les participants ont atteint l'âge de 80 ans, nous leur avons posé la question suivante: lorsque vous faites le bilan de votre vie, que regrettez-vous le plus ? Et il y avait deux grands regrets.

Le premier était: "J'aurais aimé ne pas passer autant de temps au travail et passer plus de temps avec les personnes qui me sont chères". Il y a donc une raison à ce cliché bien connu selon lequel "personne sur son lit de mort ne souhaite avoir passé plus de temps au bureau".

L'autre regret particulièrement exprimé, notamment par les femmes, est le suivant: "J'aurais aimé ne pas passer autant de temps à me préoccuper de ce que pensent les autres".

Ainsi, si les gens se demandent quels regrets je voudrais éviter, la réponse pourrait être qu'il faut passer suffisamment de temps avec les personnes auxquelles on tient et ne pas passer autant de temps à s'inquiéter de ce que pensent les autres."

Vous parlez de la façon d'éviter les regrets, mais que faire lorsqu'ils sont déjà présents ?

"Pour gérer les regrets, il ne sert à rien d'être en colère contre soi, de s'en prendre à soi-même. La seule utilité du regret est qu'il nous informe sur ce que nous aimerions faire différemment à l'avenir.

Utilisez le regret pour tirer le meilleur parti de la vie qui vous attend."

Il y a un chapitre dans le livre intitulé "Il n'est jamais trop tard". Quel est le principal message que vous voulez faire passer avec cette phrase ?

"Certaines personnes m'ont dit : "C'est trop tard pour moi. Je ne suis pas doué pour les relations. Cela n'arrivera jamais dans ma vie". Certaines des personnes qui disent cela ont la vingtaine et disent que c'est trop tard pour elles, et d'autres personnes qui disent cela sont plus âgées.

Mais ce que nous voyons dans les histoires du livre, qui sont tirées de vies réelles, c'est que les gens trouvent des liens qu'ils n'attendaient pas à différents moments de leur vie, que ce soit avec leurs parents ou avec leurs enfants, ou encore qu'il s'agisse de liens amoureux ou d'amitiés. Donc, à ceux qui pensent que ces choses ne leur arriveront jamais, nous disons "vous n'avez aucun moyen de savoir".

Le message est que cela vaut la peine d'y travailler, car à tout moment de la vie, vous pouvez créer de nouvelles et bonnes connexions."

Vous êtes un maître zen, la méditation a-t-elle joué un rôle important dans votre vie ?

"Elle a joué un grand rôle. La méditation zen consiste à apprendre ce que c'est que d'être en vie.

On devient beaucoup plus familier avec l'expérience de regarder une fleur pendant cinq minutes, ou de manger un repas en pleine conscience, en savourant chaque bouchée. Il s'agit vraiment d'une immersion profonde dans l'expérience de la vie.

Et cela correspond très bien à l'étude de toutes ces vies. Parce que c'est une manière différente d'étudier l'expérience d'être humain.

De même, dans mon travail de psychiatre, j'ai le privilège d'écouter les gens parler en détail de leur vie. Et tout cela est pour moi un travail fascinant. Ce sont toutes des façons différentes d'apprendre sur l'expérience humaine."

Dans le livre, vous affirmez que l'attention est la forme la plus fondamentale de l'amour et il y a une belle phrase: "Une bonne vie n'est pas la destination mais le chemin et avec qui vous marchez....". Et ce faisant, seconde après seconde, vous pouvez décider à quoi et à qui vous accordez votre attention".

Pouvez-vous nous parler de ce pouvoir que nous avons de choisir à chaque instant ce à quoi nous accordons notre attention ?

"C'est une citation de l'un de mes maîtres zen. Il s'appelle John Tarrant et oui, l'une des choses que nous savons, c'est que notre attention est une chose pour laquelle les gens se battent.

Ces écrans que nous aimons tant sont conçus pour nous captiver, car les gens gagnent de l'argent en captant notre attention et en la conservant.

Aujourd'hui plus que jamais, la voie de la moindre résistance consiste à rester devant nos écrans en permanence. La question est donc: pouvons-nous être intentionnels et détourner notre attention de ces écrans vers les personnes qui nous sont chères?

Linda Stone a écrit sur ce qu'elle appelle "l'attention partielle continue", c'est-à-dire que nous accordons de plus en plus d'attention les uns aux autres, et c'est un problème. Je veux dire, je vous parle mais je suis en train de regarder mon écran.

Nous voulons attirer l'attention sur ce point. Réfléchissez à qui vous tenez et pourriez-vous leur accorder toute votre attention en ce moment? C'est la question que nous devons nous poser."

Avec le privilège que vous avez eu d'étudier toutes ces vies, diriez-vous que si quelqu'un a eu une enfance très troublée ou a été confronté à d'autres périodes très difficiles, il existe une résilience chez les gens, la capacité de trouver en nous les ressources pour nous en sortir et nous épanouir ?

"Je pense qu'il existe un instinct d'épanouissement, de survie. Nous essayons tous d'être heureux. L'une des raisons pour lesquelles ma conférence TED [3] est devenue virale, comme quelqu'un me l'a dit, n'est pas que je sois beau. C'est que tout le monde veut être heureux. Et donc il y a cette volonté d'essayer de trouver des moyens de s'épanouir.

Je pense qu'il y a une énergie en chacun de nous qui recherche cela et c'est une bonne chose. C'est probablement la raison pour laquelle, bien que je puisse être très pessimiste quant à la direction que prend le monde, je pense que les gens ont toujours été comme ça. Et puis ils ont trouvé leur chemin vers de nouvelles possibilités, c'est quelque chose qui fait partie de nous."

Dans votre cas personnel, quels sont les éléments de base d'une bonne vie ?

"C'est être impliqué dans des activités qui me tiennent à cœur et qui ont un sens pour moi. Ma recherche, mon travail de psychiatre, mon zen, ces choses comptent beaucoup pour moi. Et par exemple, je tiens à vous parler maintenant. Si je le fais, c'est parce que je tiens beaucoup à ce que ces idées atteignent les gens. Cela a du sens pour moi.

Pour moi, une bonne vie, c'est avoir des activités qui ont du sens pour moi et les faire avec des gens que j'aime et qui m'aiment."

Vous terminez le livre par un appel à l'action, qu'inviteriez-vous les gens à faire lorsqu'ils auront fini de lire cet entretien ?

"Je leur dirais: pensez à quelqu'un qui vous manque, à quelqu'un avec qui vous ne vous sentez pas connecté autant que vous le souhaiteriez, ou à quelqu'un dont vous voulez vous assurer qu'il sait que vous pensez à lui. Envoyez-lui un SMS ou un e-mail, ou appelez-le et dites-lui simplement "Bonjour, je pensais à toi et je voulais te contacter".

Faites-le et voyez ce qui vous revient. Si vous faites cela, vous serez surpris du nombre de personnes qui seront ravies que vous les ayez contactées. Alors faites ce petit pas maintenant, il vous faudra quinze secondes pour le faire."



Alain SUPPINI


"Aie de l’égard pour les autres.

Aie de l’égard pour l’opinion des autres.

N’aie aucun égard pour l’opinion que les autres ont de toi."

Lanza del Vasto

216 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout

4 則留言


Bi Dart
Bi Dart
2023年10月02日

Waouh, cela fait réfléchir!

Merci pour ce beau partage

按讚
Alain SUPPINI
Alain SUPPINI
2023年10月02日
回覆

Merci Bi Dart 🙏

按讚

fleurbleuelune
fleurbleuelune
2023年9月30日

Magnifique entretien et magnifique enseignement. Merci beaucoup Alain 🙏🏻

按讚
Alain SUPPINI
Alain SUPPINI
2023年9月30日
回覆

Avec grand plaisir Fleurbleuelune 🙏

按讚
bottom of page