top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAlain SUPPINI

QI GONG: 1ère partie

DE QUOI S'AGIT-IL?

Dans ce premier écrit, sont abordés plusieurs types de Qi Gong et les différences fondamentales qui existent avec 2 autres pratiques orientales souvent confondues: le Yoga et le Tai Chi Chuan.

Le Qi Gong est une pratique orientale millénaire qui fait partie des cinq piliers de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).


Bien qu’elle soit principalement répandue dans les pays asiatiques, cette gymnastique douce et lente se développe de plus en plus dans les pays occidentaux, notamment en France.

Les 3 grandes origines du Qi gong remontent au taoïsme, au bouddhisme et au confucianisme. Il s’agit donc d’une pratique remontant à plusieurs milliers d’années en Chine.


On dénombre plusieurs centaines de Qi Gong, qui ont été entièrement décrits dans le Huangdi Nei Jing (黄帝内经) ou Classique Interne de l’Empereur Jaune, qui est le plus ancien ouvrage connu de Médecine Traditionnelle Chinoise.


Le Qi Gong le plus ancien provient du taoïsme, nommé alors “Tu Na” (inspirer, expirer) et “Dao Yin” (diriger). Depuis ces temps ancestraux, il est devenu une véritable pratique globale, encadrant les exercices physiques et respiratoires par une dimension spirituelle indissociable.


Dans ce premier écrit, nous aborderons plusieurs types de Qi Gong et les différences fondamentales qui existent avec 2 autres pratiques orientales souvent confondues: le Yoga et le Tai Chi Chuan.


Dans un second article, nous verrons plus précisément les modalités pratiques du Qi Gong et ses bienfaits sur la santé du corps et de l’esprit.



QU’EST-CE QUE LE QI GONG?


La Médecine Traditionnelle Chinoise repose sur les 5 piliers fondateurs que sont le massage Tui Na, l’Acupuncture, la Diététique chinoise, la Pharmacopée chinoise et l’Art du Mouvement. Ce dernier correspond à des pratiques qui associent des exercices physiques et respiratoires, mais aussi des exercices de concentration et de méditation.


Dans la médecine chinoise, la santé repose sur la bonne circulation du Qi, l’énergie vitale, à travers les méridiens.


La maladie apparaît lorsqu’il y a des blocages au niveau de la circulation du Qi, et ce n’est qu’en levant ces blocages que l’équilibre fondamental entre le Yin et le Yang, gage de bonne santé, est restauré.


Le Qi Gong (气 qì, le souffle, l’énergie et 功 gōng, la maîtrise) correspond donc à l’art de maîtriser le Souffle Vital.


Au plan physique, il s’agit de parvenir à réaliser des mouvements lents, avec une recherche du “geste juste”. Toutes les parties du corps sont sollicitées, les mouvements faits de postures, d’exercices et d’étirements étant synchronisés à la respiration.


Au plan respiratoire, la maîtrise du souffle et son adéquation avec les exercices physiques nécessitent un grand niveau de concentration. Tout l’apprentissage consiste à relier l’ensemble des mouvements pour atteindre le célèbre “Souffle de Vie”, l’énergie vitale, le Qi.


C’est ici que la dimension spirituelle prend toute sa place, grâce à la méditation qui permet de relier l’extérieur et sa dimension physique, avec l’intérieur, son calme et sa concentration.



LES DIFFÉRENTS TYPES DE QI GONG


On recense plus de 300 variétés de Qi Gong, les unes plutôt axées sur la pratique physique, les autres plus introspectives.


- Le Dong Gong Qi Qong est une pratique particulièrement dynamique


- Le Zhan Zhuang Gong (littéralement “debout planté comme un pieu”) est un Qi Gong statique


- Le Jing Gong est une méthode de repos, plus méditative


- Le Zhineng Qigong (Qi gong de la “capacité de l’intelligence”), est une pratique dont l’objectif plus thérapeutique. Son fondateur, Maître Pang He-Ming, va regrouper les différentes approches énergétiques millénaires du Qi Gong, en tirer la quintessence et ainsi créer le Zhineng Qigong. En 1980 il commence à diffuser le Zhineng dans toute la Chine. Cela correspond au sein du pays, à une renaissance dans la pratique du Qi Gong, après la censure de la “révolution culturelle”. En 1988 il crée une “clinique sans médicament”, le Huaxia Zhineng Qigong Clinic, qui deviendra aussi le principal espace de formation au Zhineng Qigong. Depuis lors, de nombreux Grands Maîtres, spécialistes de cette discipline, publient régulièrement des recherches associant Zhineng Qigong, médecine traditionnelle chinoise et médecine occidentale.



LES DIFFÉRENCES ENTRE QI GONG, TAI CHI CHUAN ET YOGA


Le Tai Chi Chuan est un art martial. Alors que le Qi Gong oeuvre au service du mental, de l’esprit et du méditatif, le Tai Chi, avec son esprit martial, développe la puissance corporelle. Bien qu’associant également des mouvements lents et une maîtrise de la respiration et de l’esprit, il inclut des postures de combat qui, elles, n’existent pas dans le Qi Gong.


Le Yoga, quand à lui, est issu de la philosophie indienne āstika. Il consiste en une succession de postures assises ou allongées, contrairement au Qi Gong, qui se pratique le plus souvent debout. Le Pranayama (exercices de respiration) et les Asanas (“manière d’être assis”), lui confèrent une dimension également spirituelle. Qi Gong et Yoga sont au final assez proches, mais de cultures différentes.



Alain SUPPINI

205 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page