top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAlain SUPPINI

TROISIÈME ÂGE: LORSQUE VIE SEXUELLE RAYONNANTE RIME AVEC MÉMOIRE PERFORMANTE.

TROUBLES DE L'ÉRECTION ET DÉCLIN COGNITIF, MÊME COMBAT?


Y-a-t-il un point commun entre les troubles de l’érection, la diminution de la satisfaction sexuelle et le déclin des fonctions supérieures du cerveau? En apparence, aucun! Et pourtant des chercheurs ont récemment découvert que des traitements habituels de la dysfonction érectile pourraient avoir un intérêt dans le traitement des maladies neurodégénératives et de certaines maladies rares.

Une étude menée par des scientifiques de la Penn State University en Pennsylvanie aux États-Unis a recherché s'il pouvait exister une relation entre la dysfonction érectile, la satisfaction sexuelle et le déclin cognitif chez plusieurs centaines d'hommes âgés de 56 à 68 ans.

Cette étude a révélé qu'il existe bien une corrélation entre une baisse de la performance sexuelle et une atteinte des fonctions de reconnaissance et de mémorisation.

L'étude, publiée dans la revue Gerontologist [1], est la première à suivre de façon longitudinale la satisfaction sexuelle, la "santé" sexuelle et les fonctions cognitives.


Le Docteur Martin Sliwinski, professeur de développement humain et d'études familiales à l'université de Penn State déclare: "ce qui était unique dans notre approche, c'est que nous avons mesuré la fonction de mémoire et la fonction sexuelle à chaque étape de l'étude, afin que nous puissions voir si et comment elles ont varié ensemble au fil du temps".

"Le 3è âge a été particulièrement examiné car il représente une période de transition durant laquelle le déclin de la fonction érectile, de la satisfaction sexuelle et des facultés cérébrales commence à émerger."

"Ce que nous avons trouvé est lié à ce que les scientifiques commencent à comprendre sur le lien entre la "satisfaction de vivre" et les performances cognitives."


L'étude a cherché à mettre en évidence une relation entre changements physiques et changements psychologiques: au plan physique, ce sont essentiellement des altérations de la micro-vascularisation intervenant dans la fonction érectile qui ont été étudiés, et au plan psychologique, une satisfaction sexuelle plus faible et son lien possible avec des altérations des fonctions cérébrales supérieures.

Sliwinski ajoute que bien que l'équipe ait découvert une forte corrélation entre les trois facteurs de santé, elle ne peut que spéculer sur la cause.

"Les scientifiques ont découvert que si vous êtes généralement peu satisfait, vous courez un risque plus élevé de problèmes de santé comme la démence, la maladie d'Alzheimer, les maladies cardiovasculaires et d'autres problèmes liés au stress qui peuvent entraîner un déclin cognitif".

"À contrario, l'amélioration de la satisfaction sexuelle peut déclencher une amélioration de la fonction de mémorisation. Par conséquent, nous disons aux gens qu'ils devraient faire plus d'exercice et manger de meilleurs aliments. Nous montrons que la satisfaction sexuelle a également de l'importance pour notre santé et notre qualité de vie en général".

L'ÉTUDE PROPREMENT DITE.

Les chercheurs ont utilisé des données d'enquête auprès de 818 hommes qui ont participé à l'étude Vietnam Era Twin sur le vieillissement.

Grâce à des tests neuropsychologiques, tels que des tests de mémoire et de vitesse de traitement, ils ont examiné les changements cognitifs des participants sur une période de 12 ans, de 56 à 68 ans, en ajustant les capacités cognitives des participants à l'âge adulte.

Leur fonction érectile et leur satisfaction sexuelle ont été mesurées parallèlement à la cognition, à l'aide de l'indice international de la fonction érectile, ainsi qu'une évaluation auto-déclarée de la santé sexuelle masculine.

Les chercheurs ont ensuite construit un modèle statistique pour comprendre comment les trois variables changeaient au fur et à mesure que les individus vieillissaient.

Le Docteur Riki Slayday, doctorant à Penn State et auteur principal de l'étude déclare: "la recherche sur la santé sexuelle s'est historiquement concentrée sur des aspects quantifiables de la sexualité comme le nombre de partenaires sexuels ou la fréquence de l'activité sexuelle".

"Ici, ce qui nous a intéressé, c'était la perception de cette activité, ce que quelqu'un ressent de sa vie sexuelle et comment cela influence la fonction cognitive, car plusieurs personnes peuvent être physiquement dans la même situation, mais éprouver des niveaux de satisfaction complètement différents."

L'étude a révélé que les diminutions de la fonction érectile et de la satisfaction sexuelle étaient toutes deux associées à un déclin de la mémoire, ce qui, selon les chercheurs, indique un lien évident entre santés physique et psychique.

"Lorsque nous avons cartographié la relation au fil du temps, nous avons constaté que des augmentations ou des diminutions de la fonction érectile et de la satisfaction sexuelle étaient associées à des variations similaires et simultanées de la fonction cognitive".

"Ces associations ont survécu à l'ajustement des facteurs démographiques et de santé, ce qui nous indique qu'il existe un lien clair entre notre vie sexuelle et nos fonctions supérieures."

Des études antérieures ont déjà trouvé un lien entre les changements micro-vasculaires et les changements de la fonction érectile au fil du temps.

"En fait, l'ingrédient actif du Viagra (Sildénafil) a été développé à l'origine pour traiter les problèmes cardiovasculaires, explique Sliwinski, de sorte que le lien entre santé vasculaire et fonction érectile est bien compris".

De fait, la façon dont la fonction érectile se connecte à d'autres aspects de la santé devrait être un domaine d'intérêt pour les recherches futures.

L'augmentation de l'évaluation et de la surveillance de la fonction érectile en tant que signe vital de la santé pourrait aider à identifier les personnes à risque de déclin cognitif avant l'âge de 70 ans.

Les chercheurs notent que la population d'adultes âgés aux États-Unis devrait doubler au cours des 30 prochaines années, ce qui signifie que deux fois plus de personnes entreront probablement dans la soixantaine et connaîtront une baisse de la fonction érectile et de la satisfaction sexuelle.

"Nous avons déjà une pilule pour traiter la dysfonction érectile. Ce que nous n'avons pas, c'est un traitement efficace contre la perte de mémoire".

"Même si c'est important, au lieu de nous focaliser sur le seul traitement de la dysfonction érectile, nous devrions considérer cela comme un indicateur avancé d'autres problèmes de santé et nous concentrer également sur l'amélioration de la satisfaction sexuelle et du bien-être général, et pas seulement sur la prise en charge thérapeutique du symptôme."


"Le sexe masculin est ce qu'il y a de plus léger au monde, une seule pensée le soulève."

Frédéric Dard



Alain SUPPINI

308 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page