top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAlain SUPPINI

LE QI GONG DANS LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS RESPIRATOIRES

QUAND LA MÉDECINE CHINOISE DEVIENT L'ALLIÉE DE L'ALLOPATHIE.

Le Qi Gong fait partie des exercices corps-esprit de la médecine traditionnelle chinoise. En améliorant le rythme et le schéma respiratoires, les mouvements et la posture du corps et la méditation, il intervient dans la prévention, le traitement et la réhabilitation des infections respiratoires.


La récente pandémie a démontré sa capacité à causer des dommages à la fois physiques et mentaux, de manière précoce bien sûr, mais surtout sur le long terme, handicapant parfois les personnes atteintes durant des mois.


À l’instar d’autres exercices corps-esprit de la Médecine Traditionnelle Chinoise, le Qi Gong permet d’améliorer le rythme et le schéma respiratoires, les mouvements et la posture du corps, ainsi que la méditation.


Compte tenu de ces caractéristiques, le Qi Gong joue un rôle dans la prévention, le traitement et la réhabilitation des infections respiratoires, grâce à la réduction du stress, la régulation des émotions, le renforcement des muscles respiratoires, la réduction de l’inflammation et l’amélioration de la fonction immunitaire.


On peut diviser le Qi Gong en 3 types de pratique: la Respiration Abdominale, le Ba Duan Jin et le Liu Zi Jue. Elles sont toutes 3 des techniques douces et simples à pratiquer, même pour des personnes âgées.


Durant la pandémie de Covid-19, la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) et le Qi Gong ont joué un rôle important dans la lutte contre cette maladie. Dans les hôpitaux de Wuhan Fangcang, des hôpitaux de campagne mis en place pour l’isolement des cas bénins, les patients ont pratiqué le Ba Duan Jin Qigong sous la direction de médecins de MTC pour leur traitement [1]. Parmi les mécanismes du COVID-19, l’immunosuppression et la tempête de cytokines peuvent amener les patients à développer une insuffisance respiratoire nécessitant une réadaptation: celle-ci fait appel à un entraînement des muscles respiratoires, une tonification de l’ensemble du corps ainsi qu’à une rééducation psychologique.


“Qigong” est composé de deux caractères chinois “Qi” et “Gong”. “Qi” fait référence à l’énergie qui motive les activités de la vie humaine, et “Gong” fait référence à la régulation du Qi par la pratique.


Le Qi Gong est une compétence d’entraînement corps-esprit qui peut réguler le corps, la respiration et l’esprit pour guider le fonctionnement du Qi dans le méridien, pour réguler la fonction physique et pour prévenir et traiter les maladies. La régulation corporelle du Qi Gong vise à la relaxation, de sorte que les mouvements sont généralement doux et fluides. La régulation de la respiration fait appel à des changements de mouvement, d rythme et de schéma respiratoires. La respiration dans le Qi Gong est lente, longue et profonde. La respiration abdominale (respiration avec mouvement évident de l’abdomen) et la respiration avec phonation (combinaison de la respiration avec l’extériorisation de sons), sont tous deux des schémas typiques de la respiration du Qi Gong. La régulation de l’esprit comprend la concentration de l’attention et la visualisation. La plupart des opérations de régulation de l’esprit sont similaires à la méditation, c’est pourquoi le Qi Gong est également considéré comme un mouvement méditatif.



Comment le Qi Gong peut-il aider au traitement des maladies infectieuses respiratoires en utilisant les concepts de la MTC?


Les personnes touchées par une atteinte respiratoire sont considérées comme étant dans un état de faiblesse ou du moins d’énergie insuffisante, ce qui, dans la MTC, est conceptualisé par une carence en Qi et en sang. Comme la fonction première du Qi Gong est de réguler la fonction du Qi dans le corps humain, il peut prévenir une infection respiratoire ou en favoriser la guérison, notamment chez les personnes âgées ou ayant des facteurs de risque associés (obésité, diabète, maladie générale, etc.).


1° La gestion du stress et des émotions:


Les réactions de stress et les problèmes émotionnels liées aux épidémies ou aux maladies, peuvent survenir chez les patients hospitalisés, les personnes isolées et même celles de la population générale.


Dès 1975, Benson observait des changements physiologiques pendant la méditation susceptibles de lutter contre la réponse au stress [2].


Plusieurs auteurs ont observé des changements dans les hormones de stress pendant la pratique du Qi Gong: ils ont constaté que les bêta-endorphines augmentaient durant l’entraînement, tandis que les niveaux d’hormones de stress (cortisol, adrénaline, ocytocine et vasopressine) diminuaient au milieu et après l’exercice [3]. Dans une méta-analyse sur le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) par le Qi Gong, Wu et al. ont rapporté qu’il atténuait la dépression et l’anxiété chez les patients atteints [4]. Lors de l’épidémie de Covid-19, il a été constaté que la pratique du Qi Gong renforçait le sentiment de contrôle des individus et que la participation à un groupe de pratique améliorait considérablement le lien social perdu [5][6].


2° Le renforcement des muscles respiratoires:


De manière globale, le Qi Gong améliore la force physique grâce à l’entraînement de groupes musculaires spécifiques.


Pour ce qui concerne les muscles respiratoires, des études sur des patients victimes d’AVC ont montré que la conduction électrique neuro-musculaire et l’activité du diaphragme augmentaient sensiblement après un entraînement de respiration abdominale [7]. Chez les patients atteints de MPOC, Wu et al. ont observé une amélioration de la force des muscles respiratoires après 3 mois de pratique de Qi Gong [8].


Ceci suggère que la pratique régulière du Qi Gong améliore la qualité de la respiration, en particulier chez les personnes souffrant de difficultés ventilatoires ou même d’un simple essoufflement au décours de l’infection respiratoire.


3° La réduction de l’inflammation:


Le Qi Gong peut réduire à la fois les facteurs inflammatoires et la réponse inflammatoire. Irvin et al. ont examiné les cytokines chez des personnes ayant participé à un programme de Qi Gong de 6 mois et ont trouvé des réductions significatives des taux d’IL-6 chez les sujets qui présentaient auparavant des niveaux élevés de ce marqueur inflammatoire [9]. Dans une autre étude, des personnes souffrant d’insomnie ont vu une réduction de l’expression des gènes pro-inflammatoires, de la protéine C-réactive et de la production de cytokines pro-inflammatoires, et à contrario, une augmentation de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 [10]. Enfin, Chen et al. ont constaté que chez les patients atteints de MPOC, un abaissement des niveaux d’IL-4, d’IL-13 et d’IL-17 et une augmentation du taux d’IL-10, par rapport à un groupe témoin bénéficiant uniquement d’un traitement classique [11].


4° L’amélioration de la fonction immunitaire:


Le Qi Gong sollicite à la fois la réponse immunitaire non spécifique et la réponse immunitaire spécifique.


Pour la première, il augmente la quantité et l’activité des cellules innées (macrophages et polynucléaires neutrophiles). [12][13][14]. Selon Nieman, un exercice modéré peut réduire le risque d’infection des voies respiratoires, alors qu’à l’inverse, un exercice intense peut majorer ce risque [15]: le Qi Gong, par la douceur de sa pratique, est donc le mieux à même d’apporter une réponse positive à ces patients.


La seconde réponse est, quant à elle, observée dans l’augmentation des cellules immunitaires spécifiques (lymphocytes B et T)et celle des immunoglobulines [16][17][18].

Des niveaux supérieurs d’anticorps après vaccination ont également été observés chez les pratiquants de Qi Gong [19][20].



Quels conseils pour la pratique du Qi Gong?


Il peut être pratiqué à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, dans un environnement propre et calme pour les exercices de respiration et la concentration.


La pratique du Qi Gong doit être régulière et un temps fixe peut aider à habituer le corps.

L’intensité doit bien entendu tenir compte des particularités physiques et de l’état de santé du moment de chaque patient: l’exercice modéré est la meilleure option pour les patients atteints d’infection respiratoire, et un bon indicateur est représenté par la fréquence cardiaque, avec un seuil de 60 à 80% qu’on veillera à ne pas dépasser.


Il est donc bien clair que seul un instructeur diplômé et compétent sera à même de recommander et adapter telle ou telle forme de Qi Gong:


- Respiration Abdominale, qui peut être pratiquée à tout moment, n’importe où et dans la plupart des conditions physiques, et correspond donc à une méthode particulièrement adaptée contre le stress lié au Covid-19.


- Ba Duan Jin, pour la prévention des infections respiratoires et le traitement de leurs symptômes, ainsi que pour la gestion du stress généré par de la pandémie de Covid.


- Liu Zi Jue, enfin, est un bon choix pour les personnes cherchant à se remettre d’un dysfonctionnement respiratoire et des séquelles d’une infection respiratoire.



Alain SUPPINI

211 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Marilyne Lucchese
Marilyne Lucchese
Aug 25, 2022

Le Qi Gong est fabuleux pour mieux vivre ! merci pour cet article 🙏

Like
Alain SUPPINI
Alain SUPPINI
Aug 25, 2022
Replying to

Merci Marilyne !

Like
bottom of page